Monsieur le Président, les jeunes méritent mieux que des mesures gadgets !

francoishollandejeunesseformatcouvrture
Ce lundi 11 janvier, François Hollande présentait ses vœux à la jeunesse. Son discours sur l’engagement et la citoyenneté, malgré des propositions intéressantes, ne permet pas de masquer l’échec de la politique gouvernementale dans deux domaines qui intéressent particulièrement les jeunes : l’éducation et l’emploi.

Jeunes et engagés, nous sommes conscient que l’engagement civique des jeunes générations est un enjeu primordial pour la France. A ce titre, nous saluons l’ambition défendue par François Hollande d’un service civique élargi et pourvu de plus de moyens, comme nous saluons la volonté de renforcer l’éducation à la citoyenneté à l’école.

Mais les jeunes de France n’ont pas attendu François Hollande et son gouvernement pour s’engager massivement dans les associations caritatives, sportives ou culturelles, et aussi en politique. Le livret citoyen annoncé par le Président ne relève que du gadget. Pour répondre au besoin d’intégration et de reconnaissance exprimé par une grande partie de la jeunesse, il faut d’abord s’attaquer aux grands chantiers de l’éducation et l’emploi, et permettre l’insertion des jeunes dans la société.

Le livret citoyen annoncé par le Président ne relève que du gadget.

La révolution éducative et pédagogique, plus que jamais nécessaire pour sortir l’école française de l’ornière, n’a pas eu lieu. Reste un système lourd, centralisé, qui ne valorise pas ses professeurs et pénalise lourdement les élèves en difficulté, qui viennent ensuite chaque année grossir la cohorte des décrocheurs.

Dans le supérieur, c’est un système universitaire archaïque indifférencié où l’on pousse chaque année des milliers d’étudiants fragiles qui devrait être réformé. Il est grand tant aussi que l’enseignement se tourne vers le marché de l’emploi et que l’apprentissage et l’alternance soient estimés à leur juste valeur, celle d’un passeport vers l’insertion professionnelle.

french-president-francois-hollande-is-seen-during-the-conference-apprentiship-mobilization-day-at-the-hotel-marigny-in-paris_509

Car en matière d’emploi, le marché du travail français reste extrêmement rigide et condamne les jeunes au chômage et à la précarité, faute de pouvoir obtenir le fameux CDI que les entreprises n’octroient plus qu’au compte-goutte. Là aussi il faut faire preuve de courage, et accepter notamment un contrat de travail plus flexible, en contrepartie d’un protection efficace en cas de chômage, qui permettrait aux jeunes de s’insérer plus facilement.

Il faut accepter un contrat de travail plus flexible pour lutter contre le chômage des jeunes

Ces thématiques n’ont évidemment pas été abordées par François Hollande dans son discours, tant la vigueur réformatrice défendue par son gouvernement et personnifiée par Emmanuel Macron demeure un volontarisme de façade. La jeunesse de France n’a pas besoin du paternalisme du Président de la République, elle demande de la considération et les moyens de mettre en œuvre les projets dont elle déborde.

Elle demande aussi urgemment à François Hollande de mettre en œuvre toutes les promesses de rénovation de la vie politique qu’il avait faites en 2012 pour répondre utilement à la défiance d’une part grandissante des jeunes envers ses représentants.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on VKShare on Reddit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *